11 déc. 2018

Cette passion de la chasse: c'est quoi

La passion de la chasse: c'est quoi ?


La passion est un état affectif, qui se manifeste par un attachement exclusif, et durable à une activité. La passion domine quelquefois, la personnalité de la personne, détermine souvent son comportement. C'est ce qu'on peut facilement voir, chez le chasseur de chevreuil à l'arc.


La passion se caractérise par son intensité, et sa vivacité particulière. Cette concentration de l'intérêt, de l'énergie sur la chasse au chevreuil à l'arc, oriente définitivement le comportement. 

La passion efface efficacement, toutes les autres préoccupations, tous les autres désirs, sont alors déplacés vers le futur. L'irruption de la passion de la chasse, dans l'esprit du chasseur, rompt son équilibre intérieur, et oriente ses activités dans le but de la satisfaire.

On peut donc affirmer, sans aucun doute, que la passion est une énergie, qui permet au chasseur, de réaliser ses ambitions. Mais comment fonctionne-t-elle ? Quelle part d'illusion, comporte-t-elle ?

Ne pas raisonner: un passionné


On parvient rarement à raisonner, un passionné, à lui faire entendre raison. La passion et la raison, sont alors en compétition pour s'approprier, l'esprit du chasseur. Habituellement, il semble que ce ne soit pas le cas, puisque leur collaboration, est fréquente. En effet la passion, s'appuie régulièrement sur un raisonnement logique, quand il s'agit de déterminer par exemple, l'emplacement d'un poste d'affût. 


Cependant, il est bien connu que la passion, déforme la réalité aux yeux du chasseur passionné. La passion aveugle, le chasseur quant aux perspectives de succès, d'une période de chasse. La passion lui fait croire, que certains signes de présence d'un gros chevreuil, sont bien meilleurs, qu'ils ne le sont en réalité.

Obsédé par l'image qu'il s'en fait, le chasseur passionné, croit le voir partout, et l'imagine présent au moindre bruit. Le temps est subitement suspendu, le chasseur passionné, en perd toute notion.

La passion de la chasse, est donc une émotion irrépressible, vers un bonheur temporaire, mais combien réel.  C'est comme si le chasseur, en cédant à sa passion, pour la satisfaire, la nourrissait de plus belle. Le chasseur passionné, est ainsi entraîné éperdument, dans une spirale sans fin, dont l'aboutissement est couronné par un bonheur total.

J'espère vous avoir renseigné un peu, sur les aspects de cette  affliction, qui nous affecte tous, en cette période de l'année.

C'était l'opinion du blogueur en ce 11 décembre 2018.

André Nanook Simard

Un territoire qui nous appartient

Un territoire qui nous appartient


Quand je pense au territoire, qui appartient au Québec, je ne peux m'empêcher de penser aux animaux, qui y vivent. Je pense aux divers chasseurs, qui poursuivent leurs passions coûte que coûte, année après année. Ce territoire, nous appartient à nous: Québécois.  


Un territoire à protéger


Quand je pense à ce territoire, je pense à tous mes amis Facebook, qui chassent à la grandeur du territoire, du Québec. Que ce soit l'ours, le chevreuil, l'orignal ou le caribou nous poursuivons tous, comme chasseurs de gros gibiers, la même passion. Si nous voulons, nous les chasseurs, poursuivre notre passion encore longtemps, nous devrions nous associer, pour protéger le territoire entier du Québec. 


Non seulement, devrions nous protéger le territoire du Québec, nous devrions aussi protéger, notre passion de la chasse, en favorisant une chasse dont l'éthique, est la plus haute.

Souvent, je me suis borné à protéger mon seul boisé de chasse, comme mesure efficace, contre le braconnage.  Mais ce n'est pas suffisant, nous devons tous voir notre expérience de chasse, dans notre petit territoire, comme étant une partie de quelque chose, de plus grand. 

Nous faisons tous partie, de la confrérie des chasseurs du Québec, qui envahissent une grande partie, du territoire du Québec, à chaque saison de chasse. Nous devrions nous intéresser, à la grande image de la chasse, au lieu de penser petitement, comme nous le faisons tous. Penser aussi ''petitement'', est peut-être le plus grave danger auquel la chasse, dans son ensemble devra affronter, d'ici quelques années

Et puis il y a les organisations ''anti-chasse'', qui s'activent dans l'ombre. Par exemple, en Allemagne le parti écologiste ''Die grünen'', a modifié une partie des règlements de chasse, dans la région North Rhine-Westphalia, en réduisant le territoire, des zones de chasse de façon radicale.  

Un rôle à jouer

Si vous êtes une chasseur passionné, autant que je le suis, vous avez un rôle à jouer, dans le futur de la chasse. Pour cela, vous devez vous engager immédiatement, dans la protection de tout le territoire du Québec. 

Si vous voulez que la prochaine génération, aie une chance d'aller à la chasse, sur ce même territoire du Québec, où vous allez chasser, vous devez vous engager maintenant.


Peut-être que les problèmes, vont commencer comme en Allemagne, dans une petite localité, à des centaines de kilomètres de votre territoire de chasse. Mais ces problèmes, si petits soit-ils, vont vous rattraper, parce que vous êtes un chasseur passionné. 

On ne peut pas ignorer, ce qui se passe à des centaines de kilomètres de nous. Comme chasseurs, l'avenir de la chasse dépend entièrement de vous. Vous devez protéger, l'image de la chasse, en chassant de façon la plus éthique possible, mais aussi vous engager, dans la protection du territoire entier du Québec, pour les générations futures.

C'était l'opinion du blogueur en ce 11 décembre 2018.

André Nanook Simard 

Pour les chasseurs impatients

Un contact avec la nature


La chasse est une occasion unique, d'entrer en contact avec la nature, dans ce quelle a de plus sauvage. Habituellement les chasseurs s'aventurent en forêt, là où personne, n'est allé pendant l'année. D'autres chassent sur la ferme familiale, ou invitent des amis et/ou des connaissances, à y chasser.



Pour ceux, dont le territoire de chasse, est proche, il est coutume au Québec, de faire des salines pour les chevreuils. La coutume est aussi d'appâter les sites de chasse, avec des pommes et/ou des carottes, de 2 à 4 semaines à l'avance. 

Il y en a même qui mettent des morceaux de citrouilles, de l'halloween. Mais plusieurs vont encore plus loin en appâtant, avec de la cocaĩne et/ou des suçons à chevreuils, que se vendent dans les magasins spécialisés. 


Vous ne me croirez pas, mais il y en a qui font même bouillir des pommes, dans leur cache. Certains mettent du grain avec leurs pommes, d'autres ajoutent du jus de pommes concentré, alors que d'autres sèment, de grands champs nourriciers au printemps, ou tout simplement plantent des pommiers, sur leur site de chasse. 

Des urines et des extraits de glandes

Enfin pour attirer les chevreuils, certains mettent de l'urine de femelle en chaleur, des extraits de glande où de l'urine de mâle dominant. Les chasseurs de chevreuils sont prêts à tout, pour obtenir la chance de récolter un mâle, avec un gros panache.

En voici un que j'ai pris en photo au mois de mai dernier. 


J'hésite à mettre des photos de produits commerciaux, vendus dans les magasins spécialisés, sur mon blog. Ce blog n'a pas de commanditaire, et ne veux surtout pas faire la promotion, d'un produit ou d'un autre.

Si vous avez bien fait vos tournées de prospection, si vous avez choisi d'installer votre poste d'affût, sur un des sentiers que les  chevreuils utilisent, vous avez une recette gagnante. Il ne vous reste que plus, qu'à être très patient. 

C'était l'opinion du blogueur en ce 11 décembre 2018.

André Nanook Simard

Tirer à l'arc: à genoux

Une pratique à faire


Je chasse, de temps en temps, dans une cache terrestre Doghouse de Ameristep.  C'est un moyen pratique, de chasser le chevreuil à l'arc, dans les places, où il n'y a pas d'arbres, pour installer un porte d'affût élevé. 


La Doghouse est facile à transporter, comme le montre la photographie ci-dessus. Enfin la Doghouse est extrêmement facile, à monter.

Je mesure (6' 1'') soit 185 cm. Les dimensions de la Doghouse, ne sont seulement que de 60'' X 60'' X 66'' (152 X 152 X 168cm). Elles font, que vous ne pouvez pas tirez votre arc debout. Quant à tirer assis dans une chaise, comme celle-ci, oubliez ça !!


Des solutions toutes faîtes

Bien sûr, vous allez vous rendre compte, que les manufacturiers ont trouvé toutes sortes de solutions, pour vous. Voici quelques exemples:

 
 

Apprendre à tirer à genoux


Vous devez apprendre à tirer, à genoux ou assis sur une espèce de banc, plus au moins instable. Le point d'impact, peut être très différent, que celui quand vous tirez debout. Voici un article, que vous allez acheter, pour protéger vos genoux.


Vous allez devoir vous pratiquer, et vous allez vous apercevoir que vous tirez, un peu plus bas (à genoux). Au lieu d'ajuster vos mires, apprenez à tirer un peu plus haut, quand vous êtes dans votre cache terrestre.

C'était l'opinion du blogueur en ce 11 décembre 2018.

André Nanook Simard 

Pendant l'attente du chevreuil

Un contact constant avec la nature


Tous les chasseurs qui optent pour un poste d'affût, à plus de  5 mètres (15 pi) du sol, passent de multiples heures à observer la nature. Avec le dérangement, que votre arrivée procure, la forêt se tait pendant de longs moments. 

Après un peu plus de 20 minutes d'attente, sans bouger, la forêt recommence ses activités, comme si rien ne s'était passé.



Les chasseurs prennent beaucoup de temps, pour observer les oiseaux, et les petits mammifères qui s'activent, dès le lever du soleil. Bien sûr tous les chasseurs, peuvent vous parler de rencontres brèves  avec des oiseaux  rapaces, venus se percher dans l'arbre du poste d'affût. Puis des écureuils, jacassant sans cesse parce que nous avions envahi, leur territoire. 

Mais quelques fois l'inattendu, se produit. Le chasseur repère l'objet, de ses désirs dans la végétation.



Prévoir la température


Les chasseurs ont le temps, pendant la journée d'observer tous les changements, dans la température. Ils peuvent prédire l'avancée du front froid, qui va rendre les journées plus confortables.


L'apparition d'un beau spécimen


À plus d'une occasion, le chasseur peut apercevoir, un beau spécimen. Voici une photo de l'année dernière d'un mâle, dans toute sa splendeur.



Je vous en souhaite un comme ça pour l'année en cours.

C'était l'opinion du blogueur en ce 11 décembre 2018.

André Nanook Simard 

Le "feu" impossible à éteindre

Les récits de chasses aux chevreuils


À chaque fois, que je rencontre un chasseur de chevreuil à l'arc, nous parlons bien sûr, de nos chasses passées. Nous parlons aussi du comportement irrationnel, de certains chevreuils, des erreurs et des bons coups, que nous avons faits. Nous parlons de nos familles et du métier, que nous exerçons dans la vie. 


Nous essayons de décrire, aussi bien que possible le territoire, sur lequel nous chassons respectivement. Nous décrivons avec précision, l'endroit où nous établissons notre camp, pour la saison de chasse.

Un ''feu'' qui brûle à l'intérieur

Comme chasseur de chevreuil, nous connaissons tous ce genre de ''feu'' qui brûle en nous, qui nous pousse à l'automne à retourner en forêt, pour chasser le chevreuil.


Je connais exactement ce genre de réaction, puisqu'à chaque automne depuis plus de 30 ans, je pratique la chasse à l'arc. Mon épouse actuelle, compte tenu que je vais bientôt avoir 75 ans, s'inquiète pour moi à chaque fois, que je sors en forêt pour la prospection, ou pour la saison de chasse elle-même.

Les inquiétudes de mon épouse, à chaque fois que je vais en forêt, devrait être suffisantes, pour m'empêcher de le faire. J'ai essayé de ne pas y aller, mais je ne vais pas vous expliquer, ce qui se passe dans le Coeur, et l'esprit d'un chasseur de chevreuil à l'arc, à chaque fois que les feuilles d'érables, commencent à rougir au Québec. 

Pluie, grésil ou neige rien ne nous arrête

La passion qui nous anime, se fiche bien du froid et/ou de la pluie, elle ne réussi qu'à amoindrir, leurs effets dissuasifs sur nous. Peu importe la température, nous sommes sur place à la chasse, avec autant d'assiduité, que lorsque nous étions ''petits'', quand nous allions à l'école du quartier.


D'ailleurs, les meilleurs souvenirs de nos chasses passées ,de ces jours où il était quasiment impossible, de rester dehors. Pourtant nous pouvions tous nous déclarer ''présents'', quand venait le temps de la récolte. 

Ces journées difficiles resteront à jamais gravées, dans notre mémoire car elles représentent notre ''passion'', comme peu de gens la connaissent.

Longue vie à tous ceux qui ont encore le ''feu'' en eux.

André Nanook Simard

Caméra de surveillance Bushnell

Les photos de nuit


Quand vient le temps d'évaluer une caméra de surveillance, il faut voir les photos qu'elle prend, lorsque la nuit vient. Voici donc des photos prises de nuit, par la caméra Bushnell.




Ne touchez pas aux batteries

J'avais pourtant réglé la date, et l'heure correctement. Je ne sais pas si j'ai touché aux batteries, quand je l'ai installé. Car si vous débranchez une des batteries, un petit peu......la caméra se déprogramme immédiatement. 

Un peu ennuyant.... mais bon j'en suis à l'expérimentation.

C'était la suggestion du blogueur en ce 11 décembre 2018.

André Nanook Simard

Où donc installer la cache terrestre ?

Une tâche pas facile


Vous possédez le meilleur arc, et les meilleurs flèches, vous avez acheté la meilleure cache terrestre, pour chasser le chevreuil. Mais si vous ne la mettez pas au bon endroit, vos chances de voir un chevreuil sont assez minces. 


C'est là, qu'arrive le meilleur moment de votre chasse. L'observation préalable, des chevreuils de votre territoire. Je tiens à vous informer, que si vous voulez avoir du succès, à la chasse, cette observation prendra de nombreuses heures, distribuées sur plusieurs jours. 
 

Vous voyez, cette cache est placée, à environ 20 mètres d'un pommier sauvage, avec beaucoup de pommes. L'objectif principal, est de rechercher la place où les chevreuils couchent, ce qu'ils mangent et les sentiers, qu'ils empruntent entre les 2 endroits.


Dès que vous aurez ces informations, vous serez en mesure de déterminer les meilleures places, pour installer votre cache terrestre. Essayez de vous concentrer sur les mouvements des chevreuils, pour rechercher leur source de nourriture.

Vous chassez à l'arc


Bien sûr, vous installerez votre cache terrestre, en tenant compte des vents dominants dans votre région, puis vous nettoierez les lignes de tir soigneusement au moins, jusqu'à 30 mètres. Essayez d'installer votre cache au moins 2 semaines, avant le début de la saison de chasse. 


Si dans votre territoire de chasse, vous n'avez pas vraiment d'intrus, vous pouvez vous installer plus de 3 semaines d'avance. Le but recherché, est alors atteint. Les chevreuils auront acquis l'habitude de considérer la cache, comme familière et non dangereuse.

Vous allez passer de longues heures, dans votre cache terrestre. Arrangez vous pour y être confortable, ayez une bonne chaise pliante. Celle-çi, ne doit pas faire aucun bruit, quand vous vous levez, pour vous préparer à tirer. Assurez vous également de nettoyer soigneusement le sol, des débris de végétation.


Compte tenu que la plupart des chasseurs, vieilliront et que monter sur un poste d'affut élevé, deviendra avec le temps de plus en plus difficile, j'ai pensé vous faire un article, sur les caches terrestres.

C'était l'opinion du blogueur en ce 11 décembre 2018.

André Nanook Simard

Articles les plus consultés

Articles antérieurs archivés par mois